Action : produits bio - 15 % Sans gluten alimentation bio cosmétique bio


Le shopping bio, écologique et éthique

Le gluten 1/2

Le gluten est une protéine que l’on trouve dans plusieurs céréales de consommation courante : le blé, le seigle, l’orge, l’avoine, l’épeautre.

Les personnes atteintes de la maladie cœliaque sont intolérantes au gluten. La partie toxique de cette protéine est constituée par une petite partie du gluten : les prolamines qui s’appellent :

-         gliadines pour le blé

-         sécalines pour le seigle

-         hordéines pour l’orge

-     avines pour l’avoine


La maladie cœliaque

 

La maladie cœliaque est plus connue sous le nom d’intolérance au gluten oucoeliaquie. C’est une maladie héréditaire, autosomique, récessive. C’est-à-dire qu’elle apparaît chez l’individu s’il possède une paire de chromosomes dont les deux chromosomes contiennent le code ADN responsable de la maladie.

Il n’est donc pas rare de trouver plusieurs cœliaques dans une même famille.

 Aujourd’hui les mécanismes à l’origine de la maladie cœliaque sont encore mal connus.

 

Comment se caractérise cette maladie ?

La maladie cœliaque se caractérise par une mauvaise digestion des aliments contenants du gluten, ils sont mal absorbés par l’intestin.

Les parois de l’intestin grêle en contact avec les aliments ingérés sont constituées de surfaces d’échange appelées villosités qui permettent le passage des petits fragments d’aliments partiellement digérés vers le système sanguin afin de « nourrir » l’ensemble des cellules du corps. Un individu atteint de la maladie cœliaque présente des villosités intestinales atrophiées, c’est-à-dire qu’elles sont altérées, abîmées.

On constate chez ces patients une forte présence d’anticorps antigliadine, ce qui suggère une réaction immunitaire. En effet, le corps lutte contre son agresseur, qui dans la maladie cœliaque est le gluten. Le corps sécrète des anticorps pour combattre ses agresseurs, c’est la réaction immunitaire. Attention, il ne s’agit pas d’une allergie ou hypersensibilité mais d’une intolérance qui fait intervenir des mécanismes complexes . La sécrétion d’anticorps (non immédiate après l’ingestion de gluten) altère progressivement la paroi de l’intestin. . C’est donc la réaction protectrice de l’organisme qui engendre sa propre agression.

Rédigé le  28 avril 2010 7:30 dans Alimentaire  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site